lundi 30 janvier 2012

Nous sommes la Paix

 
Je rencontre beaucoup de gens qui me demandent : Comment ce fait-il que j'aie eu des aperçus de la Réalité de cette paix indescriptible de ma vraie nature et que cela ne dure jamais ? Est-il possible de trouver le truc pour m'installer définitivement dans la paix ?

Dans mon expérience, il est utile de ramener la pensée à sa source en se posant la question suivante: Mais qui voudrait s'installer définitivement dans la paix, au juste ?
 
Ce n'est certainement pas la paix elle-même ! Notre vraie nature ne change pas, la paix ne bouge pas, il n'y a pas ici de perception de dualité où l'on se prend pour quelqu'un qui y arrive ou qui n'y arrive pas, la paix n'a pas besoin d'arriver quelque part, elle est ici, toujours ici.

Il n'y a personne qui s'installe dans la paix, nous sommes la paix ! Alors qui veut se débarrasser de la dualité ?

Qui voudrait « la paix pour moi » ?

Qui demande un état de bien-être permanent pour ne pas faire face à ce qui, dans la vie peut être difficile, obscure, douloureux ou inconfortable ?

Bien souvent, j'ai remarqué que le mental confond la paix et l'Amour avec un sentiment de bien-être, avec un rêve enfantin où tout serait rose. Le mental court après cette expérience, mais elle ne dure jamais parce que c'est un rêve, un caprice pour que "moi, je sois bien". On ne peut pas exiger la paix, on ne peut que l'être.

Toutes les expériences passent et meurent, c'est un fait. Toutes les expériences ont un début et une fin.
La paix elle, a toujours été là, elle est toujours là, pour peu qu'on daigne lui porter de l'attention! Nous le découvrons lorsque nous cessons de fuir la réalité de cet instant, lorsque nous accueillons exactement ce qui est ici, quelque soit ce qui apparaît.

La fidélité à rester ici, à rester avec ce qui est, tel que c'est, sans vouloir le fuir ou le changer, c'est cela l'invitation de la paix, c'est cela le retour.

La paix et l'Amour ne dépendent pas des apparences.

La paix et l'Amour sont inconditionnellement ici. Ils sont l'arrière plan lui-même qui accueille toutes les expériences, exactement comme le ciel accueille tous les nuages ou les oiseaux qui passent. La paix ne fait pas de différence.

Alors si je veux être en paix, je dois réaliser que non seulement « moi je » ne peut pas arriver à m'installer dans la paix, parce que c'est toujours ce « moi je » qui est l'obstacle lui-même. C'est cette idée qu'il y a mieux ailleurs...

L'idée même d'être quelqu'un d'autre que cette paix qui respire à travers ce corps, crée l'illusion de la séparation d'avec la paix elle-même. Cette illusion doit simplement être vue.

S'assoir et respirer, ressentir, être ici et voir si la paix est réellement ailleurs!

Beaucoup de gens tournent davantage leur attention à vouloir combler des désirs personnels de confort, de sécurité, de savoir, de bien-être plutôt que de tourner leur regard vers l'examen radical de la réalité telle qu'elle est juste ici. Celui qui veut la paix par-dessus tout, tournera inévitablement son regard vers la paix et en tombera amoureux ! Son Amour du silence deviendra si grand que chaque occasion, chaque expérience, chaque rencontre deviendra une opportunité pour laisser la paix prendre place, prendre « ma » place !

Lorsqu'il n'y a plus de mouvements, plus de fuite en avant ou en arrière, pas de passé, pas de futur, que je suis simplement ici, à simplement apprécier ce qui est là, la quête s'arrête. Seul le désir d'autre chose, autre part, autrement nous sépare de la paix de cet instant. En restant ici sans que cela n'exige de conditions, quelles que soient les expériences, agréables ou désagréables, j'apprécie de plus en plus le silence dans lequel tout apparait. Mon regard si longtemps distrait par la quête de paix et de liberté recherchées à travers les expériences ou les relations, voit clairement la réalité, c'est le dés-illusionnement. C'est ici qu'apparaît l'irrésistible désir de méditer, de s'arrêter, de tourner son regard vers l'intérieur, vers Dieu, vers le Silence, vers la paix.

Au début, je crois que je suis dans le silence, et donc, que je peux quitter le silence. Puis, en regardant de plus près, en examinant la réalité, puis-je vraiment voir une séparation entre moi et le silence?

Lorsqu'un enfant apprend à marcher, il tombe et se relève, mais est-ce que cela change sa nature d'enfant? A-t-il vraiment quitté son état de petit enfant?

Cet examen de la réalité telle qu'elle est, ce regard simple et conscient nous révèle qu'il n'y a vraiment personne, que le « moi » est une idée, un masque qu'a pris la paix pour se révéler à elle-même.

La réalisation de la paix vient de l'Amour de la paix. Lorsque je suis vraiment amoureux, je garde toute mon attention vers le Bien-Aimé, mais ce n'est alors plus un objet qui va me rendre heureux, (comme c'est le cas dans la plupart de nos relations), cet amour là est déjà en lui-même une joie pure engendrant un respect immense, la gratitude qui nous réconcilie et nous réunit à ce que nous avons toujours voulu le plus au monde.

La paix est l'accueil de toutes les expériences.
La paix nous invite à ce que nous voulons le plus au monde.
La paix est bienveillance éternelle.
La bienveillance de notre propre Cœur.

Chana 

Page originale

17 commentaires:

  1. Que de mots, que de mots...

    à la recherche du "silence"

    Lavande

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce beau texte qui agit sur moi comme un rappel utile en ce lundi matin.
    Bonne journée à toi Christine.

    RépondreSupprimer
  3. Merci Christine, ma Soeur de Libération! Ce texte touche juste ce matin, le rappel que la Paix est là! Bravo et merci à Cat pour ton travail sur LU! Avec Amour, un sourire au coin des lèvres...

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Christine,

    Par une froide journée dans le genre de celle d'aujourd'hui, je discutais de la paix avec Tulku Thondup Rimpoche qui me disait simplement que, du point de vue Bouddhiste, "la paix est un concept".

    Je lui répondais que, dans le Christianisme, Jésus dit, en substance, qu'il ne nous donne pas sa paix comme le monde la donne. Il y aurait donc deux sortes de paix. Celle du monde (des concepts), et celle du Christ (de la Conscience).

    Il est évident que nommer la paix, conceptualiser la paix, rechercher la paix, vouloir la paix pour soi... n'est pas la "paix du Christ".

    La véritable paix ne peut être nommée. Le mot "paix" n'est qu'une indication pour regarder vers une Réalité qui n'est pas la "paix".

    La vraie paix se révèle quand on cesse de s'intéresser à la paix. Quand on comprend profondément que la paix est un concept.

    Bernard

    P.S. Paix sur la (nouvelle) terre aux hommes de bonne volonté (la volonté de la Totalité).

    RépondreSupprimer
  5. À Bernard... De vouloir trop conceptualiser ce qui ne se décrit pas mais se vit est une tendance très répandue des individus de notre société actuelle. On développe d'abord et avant tout la connaissance intellectuelle de l'avoir au détriment de la connaissance par l'Être. Et, la Vraie connaissance passe par l'intégration profonde à travers toutes ses cellules (dans toutes les dimensions du soi) des énoncés. La paix doit d'abord et avant tout nous habiter en totalité pour être connue (le mot reconnue serait plus juste). Merci! pour l'échange.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le concept est une manifestation comme une autre de la réalité. Soit on en est l'esclave, soit on en est le maître. Mais, vu de l'extérieur, qu'il soit maître ou esclave, il se présente exactement sous la même forme. Celle d'un concept.

      Discriminer entre concept et vécu est un concept. Soit vous en êtes l'esclave, soit vous en êtes le maître.

      Qui peut le dire ? Sinon vous seul !

      Bernard

      Supprimer
  6. bonjour Christine,

    merci pour ce site que je visite avec beaucoup de plaisir, en tout cas pour moi les mots sont un panneau indicateur, et je ne reste pas devant le panneau en me disant que je suis arrivé, mais je poursuis le chemin , en remerciant la dde de cette voie particulière.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voila une des métaphores les plus intelligentes que je connaisse !

      Celle du panneau indicateur.

      Perdu au coeur de la forêt, on est bien content de trouver un panneau indicateur.

      Pourtant, curieusement, il y a des tas de gens qui refusent de le prendre en compte au prétexte que le panneau n'est pas le lieu de destination.

      D'autres qui s'assoient devant et se répandent en remerciements... sans aller plus loin.

      Enfin, il y en a quelques uns qui sont assez intelligents pour aller dans la direction indiquée.

      Même sans s'arrêter, même à 100 à l'heure on peut voir un panneau et le suivre.

      Rien n'est plus humble qu'un panneau. Ce peut être quelques mots, comme le Sutra entendu par Houeï Nêng et qui le conduisit à l'éveil. Ou une simple cloche qui sonne, comme pour Hakuin. Tout ce qui se présente peut être panneau indicateur. Il ne faut rien exclure. Il ne faut rien négliger. Etre attentif à tout. Tout aimer.

      Bonne journée

      Bernard

      Supprimer
  7. A Bernard... Pouvez-vous me décrire les saveurs subtiles de la mangue si vous n'y avez jamais goûté? Pouvez-vous décrire l'étât de grâce et de délice d'être amoureux si vous ne l'avez jamais été? De même lorsque vous avez goûté et connu ces choses et que vous tentez de les décrire à celui qui ne les a pas vécues, c'est peine perdue. Il ne peut comprendre que s'il y goûte lui-même. Par contre, certaines personnes ont la sensibilité et le don à travers leurs paroles et émanations de nous faire vibrer les cordes sensibles de la vraie connaissance en nous dressant une table d'une exquise finesse qui exhale des parfums délectables embaumant le Palais de l'âme humaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui n'a goûté la saveur de la mangue ? Nous sommes tous cette mangue ! Quoi qu'il dise, personne ne peut mentir à ce sujet.

      Même la cloche qui a éveillé Hakuin est une mangue. Qu'importe qu'elle le sache ou non ? Hakuin lui a-t-il demandé si elle avait elle-même vécu l'éveil avant d'oser sonner ? Non, il s'est simplement éveillé. Parce qu'il n'attendait pas que la connaissance lui vienne seulement de certaines personnes spéciales. En toutes choses et en tout être il voyait l'opportunité de recevoir l'enseignement du Maître.

      Quant à celui qui n'a pas vécu ces choses, il les vivra un jour. Ce n'est jamais peine perdue que de semer. Laissez simplement le temps à ce qui a été semé de germer et de croître.

      Qui peut dire quelle parole ou quel acte constituera le "déclic" ou contribuera à un éveil ? Nul n'est comptable de cela. Cela n'est pas de notre ressort.

      Beaucoup de "personnes spéciales" ont guéri des aveugles et des paralytiques en les poussant dans la piscine miraculeuse de Bethesda. Mais le Christ, Lui, ne pousse personne. Il enseigne uniquement l'autonomie : "Lève-toi, prend ton lit et marche".

      A partir de là, chacun peut développer une dépendance aux paroles du Christ ou... marcher dans la liberté d'être ouvert à ce qui advient.

      Bernard

      Supprimer
  8. Le mental est ce petit "fou du roi" dont les interminables bouffonneries lui donnent l'illusion de pouvoir sur son Maître. Il fuit, comme la peste, le silence qui pourrait le détrôner. Mais il est heureux de faire rire le Roi... jusqu'au jour ou se sentant étourdi et épuisé par l'agitation incessante de ce serviteur, ce dernier décide de le mettre au pas. La paix, cette Princesse du coeur et de l'âme, s'installe enfin dans le Palais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais, là alors... vous avez mille fois raison !

      En tout cas, votre système de réponses monoidéïques (consistant à revenir sur la même idée sans jamais vraiment répondre) semble assez au point !

      Et, donc... ce système ne provient pas du mental ?

      Supprimer
  9. Bravo! Voilà... je me suis amusée autant que vous à ce petit jeu du mental qui veut absolument avoir le dernier mot et cherche toujours à prouver sa supériorité en démontrant qu'il a raison. Observer toute l'habileté et la ruse qu'il emploie à performer dans son rôle d'égocentrique est plutôt drôle lorsque la vigilance est éveillée, n'est-ce pas? Cette conscience qu'il sera toujours là et qu'il a sa raison d'être me rend plus humble, compatissante et à l'écoute. Mais quel travail! Merci! d'avoir partagé ce jeu avec moi.

    RépondreSupprimer
  10. Ou est ce qu'on peut trouver des éléments sur la vie et la mort de Chahna?
    PR

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas PR. Peut être en écrivant à l'adresse mail sur son site?

      Supprimer