mardi 31 janvier 2012

Le chemin

Beaucoup de gens me demandent s’ils sont sur le bon chemin, c'est une question qui revient sans cesse. Les doutes, les peurs de se tromper de voie, de faire des erreurs assaillent l'esprit en quête de vérité.
Mais qu'est-ce que le chemin ?

La voie ou le chemin ce n'est pas seulement adhérer à une religion, à un mode de vie, à une technique ou de suivre des enseignements. Cela fait partie de votre voie, mais ce n'est pas la voie. La voie c'est votre vie dans son ensemble et vous y êtes en plein dedans.

Observez comme toutes les voies qui sont proposées sont restrictives, on vous demande de faire ceci et cela, de ne pas faire ceci ni cela, de faire comme ci et comme ça, alors on fait gentiment ce qu'on nous dit parce qu'on "croit" qu'ils savent ce qui est bon pour nous.

lundi 30 janvier 2012

Nous sommes la Paix

 
Je rencontre beaucoup de gens qui me demandent : Comment ce fait-il que j'aie eu des aperçus de la Réalité de cette paix indescriptible de ma vraie nature et que cela ne dure jamais ? Est-il possible de trouver le truc pour m'installer définitivement dans la paix ?

Dans mon expérience, il est utile de ramener la pensée à sa source en se posant la question suivante: Mais qui voudrait s'installer définitivement dans la paix, au juste ?
 
Ce n'est certainement pas la paix elle-même ! Notre vraie nature ne change pas, la paix ne bouge pas, il n'y a pas ici de perception de dualité où l'on se prend pour quelqu'un qui y arrive ou qui n'y arrive pas, la paix n'a pas besoin d'arriver quelque part, elle est ici, toujours ici.

Il n'y a personne qui s'installe dans la paix, nous sommes la paix ! Alors qui veut se débarrasser de la dualité ?

dimanche 29 janvier 2012

Jérémie

Le premier homme sur ma route, c'est un vieillard. Et vous ne pouvez vous figurer combien j'en suis heureux.

Je ne sais pas s'il existe une bénédiction plus grande que la rencontre d'un vieillard véritable, c'est-à-dire joyeux. Elle nous est rarement donnée, car l'âge, ce n'est, hélas, pour la plupart des hommes, que l'addition sourde et dégradante des années physiques. Mais, quand un vieil homme est joyeux, il est si fort qu'il n'a plus même besoin de parler : il vient et il guérit. Celui qui emplit ma mémoire était de cette sorte. Il s'appelait Jérémie Regard.

Ce n'est pas moi qui lui donne ce nom. C'était le sien. Combien de romanciers voudraient l'avoir inventé ?
J'ai envie de me faire très modeste, vous savez, au moment où je parle de lui, parce qu’il était très grand et le paraissait si peu.

samedi 28 janvier 2012

Cendres et Neige


Ashes and Snow- Feather to Fire

Voir le néant divin

Un lecteur demande :
“Il y a évidemment plus que simplement écouter le silence entre tout le reste - autrement ne sommes-nous pas juste laissés avec une autre réflexion  / ou pensée, au sujet d'une expérience?”

Non, il n'y a rien de plus que cela. Une fois que vous pouvez voir combien tout cela est bêtement simple - que le silence lui-même, qui est avant toute forme et englobe toutes les formes, est l'Esprit lui-même, ensuite vous pouvez tout voir comme un Spectateur regardant la "production" d’instant en instant, et au moment même où l’instant passe.

vendredi 27 janvier 2012

Le Peuple des Fourmis

Bonjour! Il est bien rare que quelqu’un se penche sur nous, les petites ouvrières noires!… Nous avons donc décidé de venir à vous afin de vous livrer nos nombreux cadeaux. Nous avons autant de qualités, de cadeaux, que de pattes! Nous sommes des Êtres pratiques, reliés entre nous par une cohésion remarquable. Oups, mine de rien, nous venons de vous livrer un de nos plus grands attributs : le travail de groupe. Nous sommes, je crois, reconnues dans votre monde pour cette faculté. Pour nous, fonctionner en groupe n’est pas une obligation sociale dictée par l’extérieur mais une chorégraphie, une danse d’apparence parfois chaotique, parfois fluide, mais toujours organisée. Notre capacité à œuvrer en tant que groupe nous procure des sensations très agréables. Chacune d’entre nous est reliée par une énergie de groupe à la fois globale et spécifique.

jeudi 26 janvier 2012

Toc, toc, toc…

 
- Il t’arrive de faire des rêves au petit matin ?

- Oui

- Et une fois réveillé, tu as conscience que ce qui c’est passé avant n’était qu’un rêve?

- Oui

- Peux-tu accueillir que ce que l’on est en train de vivre n’est qu’un rêve et que l’on peut s’éveiller à cela?

- Hum... pas vraiment

- Je vais quand même essayer de te dire ce qu’est un être éveillé comme Betty la grande joie ou Eckart Tollé.

mercredi 25 janvier 2012

Même votre non-acceptation est acceptée

Je me souviens qu’il y a longtemps lorsque j'étais identifié au chercheur spirituel, affamé de libération et de la fuite dans l'illumination, je croyais qu’être dans «l'acceptation» 24 heures par jour, 7 jours par semaine, 365 jours par an était la clef pour devenir illuminé. Si seulement je pouvais tout accepter tout le temps, je serais libre, ou du moins je le pensais. C'était une belle idée, mais peu importe combien j'ai essayé de tout accepter, d'être présent à tout, de tout permettre inconditionnellement, d'être conscient de tout cet état de non-choix, il y avait encore des choses que je ne pouvais tout simplement pas accepter. L’extrême douleur physique, le viol, la torture, le génocide - comment pourrais-je accepter tout cela? Lorsque la douleur extrême est arrivée dans ma propre expérience, j’essayais désespérément de l'accepter, mais je voulais m’échapper de moi-même en cours de route.

mardi 24 janvier 2012

Regard

Le regard scrute l'horizon.
Il cherche avidement le bonheur et la joie, se saisit d'objets multiples, s'en réjouit pour un temps, et retourne inexorablement  au sentiment de manque qui l'étreint.

Cette course effrénée l'amène à explorer le nord, le sud, l'ouest, l'est, le haut et le bas.
Le constat amer est toujours le même : le bonheur ressenti ne dure pas.

Où peut donc bien se situer le bonheur durable ? 

dimanche 22 janvier 2012

Six symptômes de l’Illumination

par Lori-Ann le 21/01/2012

Le jour après le réveil de ce rêve d'être un soi séparé, le quotidien a pris des reflets d’illumination. Trois mois plus tard je suis toujours amusée par ce que j'appelle «la légèreté indescriptible de waouh", une sorte de fraîcheur de nouveau-né d'où la vie est perçue.

Quel est ce waouh? En mettant en garde sur le fait que ce qui a surgi ici n'est pas nécessairement ce qui va surgir pour d'autres à la suite d'un éveil, voici ma liste de symptômes. Ces symptômes peuvent indiquer ou non la réalisation de soi, mais si vous n'êtes pas sous l’effet d’une substance illicite, il y a une grande chance  qu'il se passe quelque chose de non ordinaire.

samedi 21 janvier 2012

Jim Carrey témoigne

Jim Carrey–Eckhart Tolle

Éviter le vide

Gandha - Inspiration bleue
Peut être que notre problème dans la vie est très simple, nous constatons que nous devons continuer à faire, penser, aller, écouter, courir, parler, sinon qu’allons-nous être? Nous aimons être remplis de bruit, d’images, de mots, de pensées, de souvenirs, de fantasmes, de sensations, de gens, de plaisirs et de bons sentiments. Quand ces choses ne sont pas là, nous nous ennuyons, seuls, effrayés et très probablement en colère et confus. Le cerveau a besoin d'entrée presque en permanence. Quand il y a un manque d’entrées dans cet étonnant cerveau-ordinateur, nos pensées peuvent en apporter. Nous croyons que ces réflexions sur soi, sur l'ego (le «je») sont la réalité et qu'il n'y a rien de plus. Nous savons qu’il y a cet espace entre les pensées, les paroles, les actions, mais il semble que nous n’y prêtons aucune attention ou nous ne voulons pas regarder là. Mais qu’en est-il de cet espace silencieux à l'intérieur auquel nous ne voulons pas faire face, que nous essayons de garder couvert par tous les moyens?

vendredi 20 janvier 2012

La principale leçon

Il y a beaucoup de leçons à apprendre au cours de nombreuses vies. Mais la leçon principale est que l'Unité et l’Éternité sont déjà là et ont toujours été là. Ce que tu cherches est déjà là, et a toujours été là.

C’est ta quête qui t'égare. Elle t'emmène plus loin dans le mental.

Perdu dans le mental, tu essayes de trouver des réponses là-bas et cela t'amène encore plus loin dans un monde d'illusion et de séparation.

jeudi 19 janvier 2012

Le chapelet des croyances

Un chapelet de croyances brille dans les mains du chercheur.
Les grains ne sont pas des diamants, mais des poids qui l'alourdissent de jour en jour.
Il veut tout capter, tout croire, tout ressentir.
Il veut contrôler son royaume.
Il veut pour lui.
Il veut l'orgasme permanent.
Il veut croire.
Il veut comprendre.
Il veut trouver des brindilles de connaissances et se bâtir un nid.
Il veut que Dieu lui tienne la main.
Il veut un guide.
Il veut être perçu dans un monde imaginaire.
Il veut maintenir l'illusion.
Il se retrouve devant un mur de béton, sans rien dans les poches. La fourchette ne servait qu'à dévorer le temps. Il n'y a rien à combattre, rien à juger. C’est BEAUCOUP plus simple qu'il ne le pensait.

mercredi 18 janvier 2012

Une révolution totale

 Le problème de la pauvreté et de l’inégalité sociale, de la dégradation et de la misère existe-t-il indépendamment de l’esprit?
 
N’y a-t-il pas qu’un seul et unique problème, qui est l’esprit?

C’est l’esprit qui est à l’origine du problème social; et, ayant créé ce problème il cherche à le résoudre sans opérer en lui-même aucun changement fondamental. Notre problème est donc l’esprit, cet esprit qui, voulant se sentir supérieur, crée ainsi l’inégalité sociale, cet esprit toujours en quête d’acquisitions, sous des formes diverses, car la propriété, les relations, ou les idées, c’est à dire le savoir, le sécurisent.

mardi 17 janvier 2012

Vous portez votre blessure

Vous portez votre blessure. Avec l'ego, votre être entier est une blessure. Et vous la portez. Personne ne tient à vous blesser, personne n'est, positivement, en train d’attendre de vous blesser, tout le monde est engagé dans la sauvegarde de sa propre blessure. Qui en aurait l'énergie? Mais cela arrive toujours, parce que vous êtes prêt à être blessé, si prêt, attendant juste là au bord.

Vous ne pouvez pas toucher un homme du Tao. Pourquoi? - Parce qu'il n'y a personne pour être touché. Il n'y a pas de blessure. Il est sain, guéri, complet. Le mot “complet” est beau. Le mot guérison vient de la complétude et le mot saint vient aussi de la complétude . Il est complet, guéri, saint.

lundi 16 janvier 2012

L'éveil, c'est voir qu'il n'y a personne

Gandha - Apparition
Cela commence les samedis après-midi, à Hampstead, lors des discussions sur la non-dualité avec Tony Parsons. Je ne comprenais pas tout ce qui y était dit, mais quelque chose continuait de m'y attirer. Et puis j'aimais les histoires drôles, la conversation et le fait d'aller boire tous ensemble après la réunion, j'y retournais donc encore et encore.

Puis, à une gare centrale de Londres, par une chaude soirée d'été, la personne, le sens de soi, soudainement disparut complètement. Tout était identique - les gens, les trains, les quais, et les autres objets - pourtant tout était vu pour la première fois sans l'intermédiaire d'une personne, sans interprétation. Il n'y avait pas eu d'éclairs lumineux, pas de feux d'artifice, rien des effets tournoyants du LSD ou des champignons hallucinogènes. Mais ce qui était le véritable « oh! », c'était voir la toute ordinaire gare des chemins de fer, pour la première fois, sans le sens de soi. C'était l'ordinaire, vu comme extraordinaire, se manifestant dans l'Un, et personne pour l'expérimenter.

samedi 14 janvier 2012

Pourquoi les gens ne s’éveillent pas (et comment ils le peuvent)

Par Lori Ann le 13 Janvier 2012

Un lecteur m'a demandé récemment: “Ce que je veux vraiment savoir, c'est ce qui a conduit à votre éveil? Quelle vie avez-vous menée qui a contribué à cet évènement? ". Il se demandait s'il y avait une certaine façon de cultiver un terrain fertile pour l'illumination, une sorte de plan préalable.

Eh bien, à vrai dire, au moment où je me suis réveillée de ce rêve d’être un soi séparé, l'enchantement d'être Lori-Ann avait presque disparu. Comme un papier peint qui avait commencé à s'affadir et se décoller, près de cinquante ans de vie sous le charme de l'individualité ont été enlevées. Alors que cette transe desserrait son étau quelque chose de brillant, en comparaison, scintillait au-dessous de la façade du "moi". Puis un jour le mince fond d'écran du moi est juste tombé pour disparaître complètement, révélant un vaste néant plein de vie.

Même ainsi, un éveil spontané n’est sans doute pas vraiment instantané, même s’il semble être soudain. Dans ma vie de mini-éveils ont existé au cours des années, des tremblements de terre avant le grand tremblement qui a démoli la forteresse du moi illusoire.

Conversation avec Dieu - Le film


Conversations avec Dieu 1 - Neale D. Walsch par Yahn25

2012 : un premier pas vers l’Âge de Soi ?

Premier janvier 2012. C’est un beau jour pour naître ! Le vieil indien de « Little big man » n’aurait pu trouver meilleure formule pour accueillir le premier article de ce blog. 
D’autant que, d’après ses cousins Mayas, et comme chacun sait, cette année marque la fin d’un cycle et le début d’un autre. 
  Alors faut-il commencer le compte à rebours dans l’attente du fameux 21 décembre 2012 ? Non, je ne crois pas aux dates fatidiques. Le passage d’un cycle à l’autre est un fondu enchaîné, pas une rupture brutale!  Mais personne ne peut nier que nous vivons une époque très, très particulière. Une époque dont je vous propose de découvrir le visage spirituel en ma compagnie…

Un incurable matérialiste de mes amis, dont je n’espérais plus qu’il puisse jamais s’ouvrir à son univers intérieur, m’avoua pourtant avoir un jour vécu une expérience d’éveil.
Cela s’était passé lors d’un aventureux périple maritime, dans la tourmente d’une tempête.
Pendant une minute et demie, son bateau s’était retourné, quille en l’air.
Parfaitement hermétique, la cabine maintenait ses occupants temporairement à l’abri, mais le mortel danger demeurait si indiscutablement présent, pendant l’éternité de cette minute et demie, que plus personne n’éprouvait l’envie de discuter.
Tout le bavardage mental avait immédiatement cessé. Il ne restait, dans la conscience, qu’une attention sans partage, qu’un éveil d’une acuité sans précédent.

vendredi 13 janvier 2012

Un jour sacré ordinaire...

Je voudrais te parler d'Aimer...
Chacun aime différemment, selon ces goûts, ses attirances, ses désirs...
Pourtant, je ne vais pas te parler de cet amour là...
je vais te parler de ce qui m'a empoigné le cœur et qui ne me lâche plus...

Ce matin, comme tous les matins je me réveille avec le cœur vibrant d'Amour...
une question flotte dans ce bain de joie et j'essaye d'en ressentir toute la profondeur...
pourquoi les gens cherchent toujours le bonheur à l'extérieur,
alors, j'ai senti de tout mon être que le bonheur c'est nous, pas en nous,
mais nous sommes le bonheur et la joie,
Je suis Bonheur et Joie, tout le temps !
tout le reste vient du mental...

mercredi 11 janvier 2012

Nos peurs nous empêchent d’être simplement nous-même

Quelles sont ces peurs ancrées qui nous empêchent de vivre simplement ce que nous sommes ? Quelles sont ces peurs qui masquent la faculté de voir ce qui cloche en nous pour y mettre un terme et qui à force d’assauts nous rendent de plus en plus serviles?

Beaucoup de questions se posent autour du sujet et les réponses qui peuvent nous aider ne sont pas toujours retenues, elles sont souvent prises en compte pour philosopher ou remplir notre caddy mental et non pour essayer de comprendre la racine de ce mal être qui nous ronge et le moyen juste de s’en libérer.

De quoi avons-nous réellement peur ? Avons-nous peur de nous connaître ? Avons-nous peur de l’autre ?
Se référant toujours au connu, avons nous peur de l’inconnu ? Avons-nous peur de perdre quelque chose ?

mardi 10 janvier 2012

Un chemin vers la libération - suivi de - Liberation Unleashed

Par Lori-Ann le 8/012012

Voulez- vous être illuminés? Voulez-vous savoir comment? Estimez-vous: assez de souffrance maintenant,  donnez moi juste la prescription, la recette ou la carte détaillée de la porte sans porte. Il doit y avoir un moyen plus facile que des années sur le coussin de méditation, le tapis de yoga ou aux pieds d'un gourou.

Eh bien, bonne nouvelle, il y a un moyen plus économique qu'une pratique spirituelle sans fin. C'est ce qu'on appelle le pointage direct, il s’agit simplement de quelqu'un qui a été libéré de l'illusion du moi (même récemment), vous pointant dans la direction de la vérité. Le pointage direct est l’autre face de l'enquête. Là où l'enquête pose la question «Qui (ou quoi) suis-je?" , le pointage direct vous demande d'enquêter sur qui vous n’êtes pas. C’est comme peler l'oignon pour simplement trouver qu’il n'y a pas de base, cette approche supprime les couches de pensées et de croyances sur soi jusqu'à ce que vous voyiez l'inévitable: il n'y a pas de soi séparé, il n'y a pas de «je»

lundi 9 janvier 2012

Réalité de la réalité

Pour ma part, la première fois que j’ai basculé dans le non-duel, c’est lorsque j’ai découvert ce que j’appelais la réalité de la réalité. C’était un soir d’hiver, en janvier je crois, je me trouvais à un carrefour éclairé par un lampadaire, et tout-à-coup, ce fut comme si un voile se déchirait, et je réalisai que ce qui était là, devant moi, existait. Ce lampadaire, cette place, cette lumière. J’en fus renversé. A partir de ce moment, tout ce sur quoi se posait mon regard, pourvu que je le fisse avec une certaine attention, me parlait de sa présence: aussi bien le radiateur (il m’a beaucoup parlé ) qu'un livre posé sur la table. Ces expériences me semblent correspondre aux Instants que décrit Jourdain. 

dimanche 8 janvier 2012

Dépression et Compassion

Chère Chahna,
Comment faire devant quelqu'un qu'on aime, et qui fait une dépression ?

 
Tout d'abord, on le respecte. Respecter veut dire laisser l'autre libre de vivre ce qu'il a à vivre. Qui sait si la dépression n'est pas le chemin dont quelqu'un a besoin à un moment donné pour quitter ses illusions et les causes de son malheur ?

Vouloir " faire quelque chose ", démontre la plupart du temps que l'on veut surtout éviter de sentir la souffrance qui est là, en nous. On croit qu'elle est là, à l'extérieur, devant nous, mais en réalité, elle résonne en nous. Nous ne sommes pas séparés. Alors on pense que l'on peut se débarrasser de la souffrance qui est en face, que l'on peut aider l'autre à la dépasser. Mais est-il possible de respecter vraiment un être dans ce qu'il vit, sans qu'il ait besoin d'être autrement ? Nous est-il possible de voir que la souffrance de celui que nous appelons l'autre, pointe en réalité toujours vers la notre ? Pouvons nous avoir assez de compassion envers nous-même et envers l'autre pour ne pas vouloir sans cesse rejeter ce qui, en vérité ne demande qu'à être aimé ?

La dépression, c'est la désillusion.

samedi 7 janvier 2012

Quand la maison brûle

Par Lori-Ann le 1 Décembre 2011

Cela fait près de quarante jours que je me suis réveillée, ou que le moi irréel est mort. Pourtant, chaque jour je me lève le matin avec une curieuse question: Est-ce que la Conscience est encore là? Ou est-ce que le vieux singe mental est de retour et fait son show? Et la journée se déroule à nouveau dans une quiétude intérieure qui est comme la surface d'un étang un jour sans vent. Pas de rides ni de vagues, mais plutôt une quiétude immobile qui reflète simplement tout ce qui est.

Et aujourd'hui, j'ai compris lors d’une conversation par courriel avec un ami que la maison a brûlé et n'est pas près d'être reconstruite. La maison du mental est ce qui a été incinéré dans la conflagration de l’éveil.

Cette maison, comme la plupart des mentals, est utilisée pour abriter un tas d'hôtes hétéroclites - pensées anxieuses et sentiments inconfortables, idées rigides et croyances inconscientes, jugements subtils et conditionnements non repérés. Pourtant, y résidait également de nobles idéaux et des aspirations spirituelles, de nobles buts et un désir de se réveiller.

L'Éveil, « ÇA » se déploie


Mooji

vendredi 6 janvier 2012

L’Éveil sur la place du Marché -1-

Gandha - Âme Bleue
Qu'est-ce que l'éveil?

Eh bien la réponse typiquement acceptée est ... la conscience non duelle permanente.

Bien ... Parfait. Une définition qui n'a de sens que quand VOUS ÊTES VRAIMENT ÉVEILLÉ. Nous pouvons tout aussi bien la jeter.

Il existe une tonne d'autres définitions qui sont tout aussi inutiles. En passant par la porte sans porte, etc.

Je n'ai trouvé qu'une seule explication qui me semble utile dans le sens où elle vous donne une certaine orientation quant à la façon de s'éveiller et fait sens à la fois de façon intuitive et cognitive.

Mais d'abord quelques définitions. Ceci est nécessaire pour que nous parlions tous deux de la même chose.

Conscience - L'essence en vous qui est consciente, qui sent et perçoit. C'est la partie de vous qui est consciente de votre propre existence et la perçoit directement.

jeudi 5 janvier 2012

Il arrive un moment où tout ce qui reste c’est Dieu…

 
Cela arrive dans la plupart des vies des gens plus d’une fois. Il est de ces moments où vous vous sentez totalement et complètement isolé. Il est de ces moments où vous vous sentez, non pas que personne ne vous entend, mais qu’il n’y a personne pour vous entendre. Vous êtes vraiment tout seul. Il n’y a personne d’autre, même quand il y a quelqu’un d’autre dans la pièce. Il n’y a rien de plus, même quand il y a beaucoup plus tout autour. Il n’y a que vous, même quand le monde vous entoure. Peut-être surtout quand le monde vous entoure, il n’y a que vous.

Oui, il arrive un moment où tout ce qui reste, c’est Dieu. Rien d’autre ne compte. Rien d’autre n’a aucun sens. Rien d’autre ne vous appelle, vous magnétise, ne demande votre attention – ou même ne la mérite.

mercredi 4 janvier 2012

Débloquer une nouvelle sphère de la réalité

 
Être attentif déverrouille une sphère de la réalité que personne ne soupçonne. Si, par exemple, je marche sur un chemin sans être attentif, complètement immergé en moi, je ne sais même pas si les arbres ont grandi le long du chemin, ni combien ils sont grands, ou s'ils ont des feuilles. Quand j'ai réveillé mon attention, cependant, chaque arbre est immédiatement venu à moi. Ceci doit être pris littéralement. Chaque arbre a projeté sa forme, son poids, son mouvement, même s’il était quasi immobile, dans ma direction. Je pouvais indiquer son tronc, et l’endroit où ses branches débutaient, même à plusieurs mètres. Peu à peu, autre chose est devenu clair pour moi, et cela n’est jamais trouvé dans les livres. Le monde exerce une pression sur nous à distance.

mardi 3 janvier 2012

Du manque vers la joie, l'amour et la perfection

Prendre quelques instants par jour et noter le script particulier que nous suivons dans le mental, puis se reposer, sans cette histoire, brièvement, a un puissant effet sur qui nous pensons être.

Ayant parlé à des milliers de personnes maintenant à propos de la souffrance humaine et de la recherche, un point commun entre nous apparaît, c'est l'histoire de manque. Elle a de nombreuses versions, "je ne suis pas assez bon", "Je suis moins que l'autre gars", "Je ne suis pas aimée", "Je ne suis pas apprécié", "je suis faible", "je n’ai aucune valeur ", etc.

L'histoire de manque est comme le tronc d'un arbre. C'est le cœur même de l'histoire « être une personne séparée ». Tous les embellissements au sein de notre histoire, les détails, les pensées aléatoires, sont comme des branches de cet arbre. Ils semblent servir et solidifier cette basique histoire de manque.

dimanche 1 janvier 2012

Dix raisons pour éviter l’illumination en 2012

par Lori-Ann le 31 Décembre 2011

Les résolutions du Nouvel An sont le plus souvent l’affirmation de ce que nous devrions faire cette année et que nous n'avons vraiment aucun intérêt à faire, je vais vous offrir quelques mécanismes inverses. Au lieu de dix étapes proactives pour l’illumination, voici dix bonnes raisons pour éviter l'éveil en 2012.

1) Nous arriverons à être justes. Même si nous avons tort, nous sommes aussi sûrs bien évidemment d’avoir raison. C'est parce que nous ne sommes pas encore arrivés dans le champ, souvent cité par Rumi, au delà de faire bien ou mal. Au lieu de cela nous arrivons à jouer au jeu sans fin de l'attaque et du blâme, de la haute autorité morale et de notre propre justice. Trop drôle!

2) Nous arriverons à tout savoir. Tous ces livres, séminaires et ateliers, sans parler des diplômes universitaires, ont fait de nous des savants. Nos esprits farcis d’informations ont travaillé dur pour arriver à des théories sur comment fonctionne la vie et nous arrivons à nous reposer sur ces idées tant qu’elles sont confortables et rassurantes pour l'ego. Avec cette accumulation de connaissances, rien ne peut changer notre esprit, sans parler de le libérer.

* * * Bonne Année 2012 * * *


video