samedi 31 mars 2012

Suis-je vraiment ce que je crois être?

Maintes expressions courantes, et parfois la structure même du langage, révèlent que les gens ne savent pas qui ils sont. 

Vous dites: "Il a perdu sa vie" ou "Ma vie", comme si vous pouviez la posséder ou la perdre.

En réalité, vous n'avez pas de vie, vous êtes la vie. 

La seule vie qui soit, la conscience unique qui englobe l'univers et prend une forme temporaire pour faire l'expérience d'elle-même en tant que pierre ou brin d'herbe, comme animal, personne, étoile ou galaxie.

Pour retourner chez soi, il est facile de se rappeler la vérité :

Je ne suis ni mes pensées, ni mes émotions, ni mes perceptions sensorielles, ni mes expériences. Je ne suis pas le contenu de ma vie. Je suis la vie. Je suis l'espace dans lequel tout se produit. Je suis la conscience. Je suis le Présent. Je suis.

Eckhart Tolle 

Page originale

vendredi 30 mars 2012

Ce qui cherche

Ce n'est que lorsque vous tournez l'attention vers la conscience elle-même qu’il n'y a rien derrière. C'est ce que veut dire retourner à la source. Cela signifie qu’il n’y a rien après. Il n'y a rien derrière elle. Avec une pensée il y a toujours quelque chose derrière. Il y a toujours la prise de conscience de la pensée. Donc la conscience est derrière. Avec un sentiment, il y a  toujours quelque chose derrière. Avec l’habitude conditionnée, il y a toujours quelque chose derrière. Il y a toujours la conscience derrière tout ce qui est perceptible. Tout ce qui est pensable. Il y a toujours quelque chose derrière, à savoir: la conscience. L’esprit.

jeudi 29 mars 2012

Cela n'a jamais existé

Cela n'a jamais existé, tout ce lourd passé avec lequel  nous nous débattons sans cesse dans nos vies. La notion du pêché dans le christianisme et celle du karma dans le bouddhisme, ne font que procurer à notre passé une réalité qui va nous enfermer dans un schéma de cause à effet.

Ainsi nous restons dans l'idée que nous sommes victimes d'un monde sur lequel nous n'avons pas ou peu de pouvoir. C'est la fatalité dit-on toujours. En échafaudant sans cesse des plans dans le futur, nous nous en remettons à notre seul passé pour construire sur des bases qui n'ont pas de fondements mais auxquelles nous accordons notre foi. Le passé crée la peur du futur, et influence nos actes dans le présent. Tout porte à croire que nous subissons cette vie, qu'il faut "faire aller" comme on entend dire si souvent.

mercredi 28 mars 2012

L’amour de soi

Qu’est-ce que l’amour de soi? Par exemple si je voulais m’aimer moi-même, qu’est-ce que j’aimerais? Comment ferais-je cela? Qu’y a-t-il à aimer?
 
L’amour de soi est ce que nous appelons arriver à un endroit interne où l’ego n’est pas assoiffé d’attention et où l’histoire «tout à propos de moi» ne tient plus le centre de la scène. Cela peut s’appeler l’amour de soi ou l’acceptation de soi et marque le début de la mort de l’ego. Oui, c’est tout autant un matériel illusoire que l’idée qu’il existe une Vérité qui peut être trouvée. Chaque pensée, même le concept d’illumination est du matériel de rêve. Il n’y a que le silence derrière ce film / cette histoire.

Vérifiez ce que le mental veut rejeter. Faites qu’il y ait tout ou rien, mais choisir des histoires à l’intérieur de l’histoire est le plus souvent le signe de l’ego qui se protège. Regardez quelles sont les idées et croyances sur l’amour et l’amour de soi. S’il existe un «je» personnel qui cherche la Vérité, il y a alors un «je» personnel  qui peut aimer le «je» personnel. S’il n’y a rien là à aimer, il n’y a rien qui recherche la Vérité non plus. C’est tout ou rien.

mardi 27 mars 2012

L'innocence retrouvée

Ce qui nous touche chez l'enfant, c'est sa joie communicative, sa spontanéité, et son aptitude à vivre les situations avec flexibilité, pouvant passer du rire aux larmes, sans effort.

Lorsque l'enfant grandit, son mental se développe, et ainsi son sens de la séparation. C'est en effet le mental calculateur, qui transforme l'enfant innocent en un adolescent tendu, déjà imprégné par la peur.

Le cheminement de l'adulte mature vers lui-même tend à dissoudre les concrétions mentales qui l'emprisonnent, telle une gangue qui fait obstacle au rayonnement naturel de la lumière de l'être.

L’observation est naturelle

 
Quiconque tente d’entrer dans l’observation échoue, tout simplement parce qu’il occupe l’espace et recouvre la présence silencieuse de cet espace infiniment ouvert. Tant que je suis là, en tant que personne pensante, changeante, limitée, l’observation demeure étrangère. Elle est si subtile qu’elle est voilée, camouflée par la moindre intrusion personnelle, intentionnelle. Pourtant, elle est absolument naturelle et nous reposons en elle chaque fois que nous sommes tranquilles, non identifiés à notre structure mentale et physique. Ce qui arrive des tas de fois en une seule journée, mais la mémoire ne l’enregistre pas et notre focalisation sur ce que nous pensons, éprouvons, ressentons empêche de le reconnaître.

lundi 26 mars 2012

La Réalisation de Soi


Les mots ne peuvent que pointer, qu’inviter vers cela en nous, notre nature profonde. Notre nature réelle.

C’est comme parler du silence, de l’immensité ; du cosmos...
Notre nature est comme un ciel étoilé, on se contente de l’admirer...
et d’en ressentir la paix et la beauté.

Nous sommes à ce moment de simples témoins émerveillés et "éveillés"... Il n’y a rien à en dire, seulement ressentir...

Seulement être là, dans cet ici et maintenant de l’être.

Être simplement en accord avec ce qui est, sans limite, sans temps... Ici tout s’efface dans cette simple présence.
Conscience, consciente d’elle-même conscience, consciente que tout est "Cela"... Le même...

dimanche 25 mars 2012

La plus grande et la plus puissante addiction

Je peux comprendre qu’il n’est ni personne ni libre choix. Ce que vous semblez affirmer est qu’il n’est pas de passé où cette personne a été conditionnée en quoi que ce soit. Est-ce exact ? Il n’y a pas de passé ?
 Il parait y avoir un passé et un conditionnement qui surgissent. Il n’y a que l’être intemporel apparaissant en tant que cela.

Donc en ce sens, passé et conditionnement ne se sont pas produits. Alors où est le présent ?
Il n’y en a pas.

Il n’y a pas de présent non plus ?
Il n’y a rien qui se produise. Il n’y a pas de passé, pas de futur, pas d’au-dessus, pas d’en dessous, il n’y a pas d’au-dedans, pas d’au-dehors. Il n’y a pas de moment présent. Montrez-moi donc le moment présent… où peut-il être ? Il n’y a pas de présent non plus ?

Est-ce parce que ce sont des concepts ?
Oui. Ils ne sont que le rêve ou la croyance et l’expérience d’une personne séparée surgissant dans ce temps, ces buts, ces significations, ces intentions, ces causes et effets, ce karma, ces vies passées… toute cette histoire rêvée survient en tant que ceci. Dès l’instant où nous devenons séparé nous espérons une réponse et nous attachons à cet espoir l’idée : « Oh, il doit y avoir une signification à tout cela. Pourquoi cela se produit-il ? Pourquoi ne suis-je pas au paradis ? Où est le bien ? Pourquoi l’ai-je perdu ? Il doit y avoir un sens à cette vie, alors ce que je dois faire, c’est trouver un sens. » Et nous allons voir des gens qui nous enseignent le sens. Nous allons voir des maîtres illuminés qui nous disent : « Oui, il y a un sens. Je vous enseignerais comment le trouver par des efforts, des sacrifices, le dévouement, la dévotion, le changement, l’affinement personnel de l’organisme corps-mental ou tout autre enseignement orienté sur le devenir.

N'oubliez pas de mettre vos montres à l'heure

vendredi 23 mars 2012

D’ici à ici

L'éveil à l'illumination survient directement avec la disparition de l'idée de moi séparé. "Disparition de l'idée de moi séparé" veut dire que ce que l'on considère comme le moi n'est en aucune façon séparé du reste. Tout moi séparé illusoire serait interprété comme un cas d'identité erronée.

C'est ce problème d'identité erronée qui est au cœur de la souffrance humaine. Il fait de vous un objet séparé illusoire. Les objets séparés souffrent, point. La "disparition de l'idée de moi séparé" non seulement met fin à la souffrance, mais conduit à vivre naturellement la Règle d'Or, qui demande à ce que les autres soient traités comme vous aimeriez être traité. Elle émane naturellement de l'état de non-séparation qui se manifeste, à savoir vivre 'ceci-ici- maintenant'.

jeudi 22 mars 2012

Soyez Neo

Dans le film "Matrix" chaque être croyant être un humain avec un corps dans un monde réel se révèle illusoire, pour le moins. Ils ont tous des corps, oui, mais ils sont glabres et en position fœtale, dans des berceaux d'assistance vitale, surveillés par des robots qui s'assurent qu'ils sont en bonne santé et reliés à leur corde de transmission d’énergie individuelle. Ils sont des unités de production d'énergie mammifère ; leur «monde» perçu est un programme informatique inséré dans leur esprit, une réalité virtuelle qui fonctionne 24/7 tandis que leur corps est dans le coma. Dans ce faux monde ils ne savent pas ce qu'ils font, ils pensent seulement qu'ils le savent.

mercredi 21 mars 2012

De l'illusion d'être en paix

Lorsque nous entreprenons de faire du yoga, du tai chi, de la méditation, enfin toutes techniques dites de relaxation, nous y allons dans le but de nous assouplir, de maîtriser les énergies, de devenir plus calme et plus serein. En définitive, nous y allons pour quelque chose, avec un projet bien précis. Nous n’y allons pas dans une ouverture, dans un "je ne sais pas", mais avec une image en vogue, une idée de devenir.


D’ailleurs, on nous a dit tous les bienfaits que ces pratiques pouvaient nous apporter, on l’a lu aussi dans telle revue, dans tel livre, « pratiquez le yoga, cela vous amènera à la tranquillité », « qui ne fait pas l’effort de méditer chaque jour un tant soi peu, …(une heure le matin et une heure le soir), ne saura jamais ce qu’est l’illumination. », « pratiquez le tai chi, devenez des assidus, et vous découvrirez votre vraie nature. »

mardi 20 mars 2012

Réalisation

Beaucoup de gens cherchent à se «réaliser» ou à «s’éveiller», peu importe le nom, et c’est un désir honorable et compréhensible, le problème vient quand ces mêmes personnes veulent faire correspondre «l’éveil» à l’idée qu’elles en ont.

Cette idée s'est construite à travers leurs lectures, rencontres, désirs et fantasmes, ils pensent pouvoir obtenir quelque chose de plus, comme un nouvel et ultime attribut dont ils pourraient jouir à leur guise,demain, plus tard quand ils seront des «éveillés».

Ceci est une grave maladie, la réalisation ou éveil n’est pas une expérience de plus, ce n’est pas du domaine relationnel ou dualiste, ce n’est pas un objet que l’on découvre un jour ou qui nous tombe du ciel.

lundi 19 mars 2012

Bonjour Présence

Bonjour Présence Lumineuse
Je voudrais que tu m’aides à m’éveiller
Es tu consciente de ta demande ? 

Comment cela ?
Mais tu es éveillée ! 

Si j’étais éveillée je ne serai plus autant enchainée par mes pensées !
Tes pensées ne sont pas toi, tu acceptes qu’elles t’enchainent 

Et quel est mon intérêt de rester enchainée alors?
Qu’est ce qui t’empêche de te libérer ? 

dimanche 18 mars 2012

Planète Terre

Pour profiter pleinement de ces superbes images n'oubliez pas de sélectionner la HD 1080
(c'est un peu plus long à charger mais cela en vaut la peine!)

Planète Terre

samedi 17 mars 2012

Cinq choses que mon chien m’a dites à propos de Dieu

Par Lori Ann le 16 mars 2012

J'ai une théorie au sujet des animaux de compagnie, sans jeu de mots, comme quoi Dieu est vraiment un chien. Oubliez le barbu sur un trône, l’Odin rusé et borgne, ou n'importe quelle déesse féroce brandissant épée ou crâne. Oubliez même les mollassons comme la compatissante Kwan Yin ou Hestia du doux foyer. Dieu a quatre pattes – ce qui veut dire que toute divinité anthropomorphe est clairement à deux jambes de la perfection.

Comment puis-je savoir que Dieu est un chien? Eh bien, les chiens m’ont toujours plus appris sur la nature divine que n'importe quel programme d'école du dimanche ou texte de sagesse antique. Et je suppose que si Dieu devait se révéler aux mortels, il le ferait habilement. Quel moyen plus astucieux qu’en se fondant au milieu de nous comme le meilleur ami de l'homme? Je veux dire, les anges sont une race raréfiée qui font de brèves apparitions passagères et ne restent jamais comme des hôtes à la maison. Mais les chiens se sont eux-mêmes insinués dans nos périmètres, nos maisons, et avouons-le, nos lits. Oui, Dieu se promène et dort chez nous sur ses quatre pattes.

vendredi 16 mars 2012

Sortir du rêve

Lorsque nous dormons, durant la phase de sommeil profond, a-t-on conscience d'être ?

R - Il faudrait poser la question à celui qui dort ! Est-ce que dans le sommeil profond, une telle question apparaît ? La réponse est non ! Qui dit ne pas être conscient durant le sommeil profond ? On ne peut pas dire que l'on n'était pas conscient durant le sommeil profond. Ce qui est vrai, c'est que nous ne nous en souvenons pas. Mais, un trou dans la mémoire n'est pas un trou dans la conscience.
En fait, dans cette question, c'est l'individu, donc l'Ego qui demande s'il a conscience d'être présent durant le sommeil profond. Cette fois, et vu sous cet angle, la réponse est bien sur : non ! L'Ego n'est pas présent durant le sommeil profond car lorsqu'il est présent durant le sommeil, il s'agit alors du rêve.

jeudi 15 mars 2012

Elle n’est pas là

Aloha, mes amis ..

Je me souviens de Lisa, qui semblait exister ici. Lisa est le nom donné au corps en train de taper cela. Ce corps / esprit fût apparemment né, eut une mère, un père, des frères. Il eut maisons, écoles, maris, enfants, pensées, sentiments. Quoi d'autre? Quelques amis, chiens, chats, deux jardins, un tas de livres et quelques objets décoratifs. OK. Cela couvre le sujet.

Je me souviens de Lisa, il n'est pas possible de l'oublier parce que tout cela est encore intact. C'est juste que maintenant, il est évident qu'elle n'a jamais été réelle; il est joyeusement risible qu'elle ait pu pensé exister. Il y a eu la pensée qu'il pourrait y avoir un «je», un «moi» qui possédait un corps, une vie, des choses, des pensées, des sentiments. En fin de compte elle ne possédait rien, car elle n'a jamais existé.

mardi 13 mars 2012

Vos pensées ne sont pas votre propriété

Nous vivons tous dans une « sphère mentale ». Vos pensées ne sont pas votre propriété : elles appartiennent à tout le monde. Ce ne sont que des pensées mais vous créez une contrepartie : le «penseur» qui lit chaque pensée. Votre effort pour contrôler la vie a créé un mouvement secondaire de pensée en vous et vous l'appelez « JE ».

Ce mouvement de pensée en vous est parallèle au mouvement de la vie mais il en est séparé, il ne peut jamais être en contact avec la vie. Vous êtes une créature vivante et cependant vous menez votre vie entière dans le domaine de ce mouvement de pensée isolé et parallèle. Vous vous retranchez de la vie - et c'est contre-nature.

dimanche 11 mars 2012

La Quête de Soi

La Quête de Soi

2 artistes talentueux,Tristan et Céleste, ont créé une très belle vidéo sur un texte écrit par Claudette Vidal: LA QUÊTE DE SOI.

samedi 10 mars 2012

Les femmes ne peuvent s'éveiller

 
"Un jour, une des étudiantes américaines du maître zen Seun Sahn lui demanda : « Maitre, y a-t-il des maîtres zen femmes en Corée ? »

« Non, non, non, répondit-il rapidement, bien sûr que non »

L'étudiante fut complétement choquée, et même en colère surtout parce que Seung Sahn lui-même avait toujours traité ses étudiants femmes avec une totale égalité, et avait même formellement autorisé certaines d'entre elles à enseigner. « Comment est-ce possible, pensa-t-elle ; c'est absolument outrageant ».

Après un petit moment, elle lui demanda «  Mais comment est-ce possible ? »
La regardant et souriant à demi, il répondit : « Car les femmes ne peuvent s'éveiller. »

jeudi 8 mars 2012

Faire le travail

L'éveil est simple. En une seule session d'enseignement du soir ou une séance privée ou par téléphone, je peux vous révéler les clés pour vous libérer du monde du mental, de sorte que vous vous ouvrez à l'état pleinement éveillé de la Présence. Il n'y a rien de compliqué à être présent. C’est notre état naturel.

Mais rester présent dans notre vie quotidienne n'est pas si facile. Nous sommes constamment ramenés dans le monde du mental où l'ego l'emporte. Une fois de plus nous sommes limités par nos dernières blessures émotionnelles et nos croyances limitantes. Une fois de plus, nous sommes empêtrés dans notre passé remémoré ou  notre futur imaginé. Encore une fois, nous nous emmêlons dans les relations.

Si vous voulez être établi en permanence dans la liberté et la Présence, vous aurez à faire le travail.

Quel travail?

mardi 6 mars 2012

Simplicité

Quiconque a déjà été sur un chemin spirituel sait ce que c'est que d'être un “chercheur”. Toujours en quête de la clé pour déverrouiller la “porte sans porte” de l'illumination ou l'éveil. Ce qui est drôle, une fois que vous passez à travers cette porte, c'est quand vous vous rendez compte que pour commencer elle n'était pas là. Vous n'avez jamais eu besoin de perdre tout ce temps à la recherche de la clé. La vérité est simple et c’est généralement quand nous cessons de regarder et de chercher qu'elle apparaît clairement. Trouvez le silence en vous, c'est là que la vérité vous attend. Beaucoup de gens vont prendre cela comme une invitation à méditer et la méditation vient habituellement du désir ou de la volonté personnelle d'arrêter nos pensées. Il n'est pas nécessaire d'arrêter vos pensées. Le silence est-il toujours là. Allez en lui et réveillez-vous.

dimanche 4 mars 2012

La mort du narrateur

par Lori Ann le 3 Mars 2012

N’avez-vous jamais cessé d’'écouter vos pensées? Si vous le faites, vous remarquerez que l'esprit pensant ne dispose que de trois emplois: Il se penche sur le passé, il projette dans l'avenir ou fait des commentaires sur le présent. S’éveiller, du moins pour moi, fût la mort instantanée de ce narrateur qui racontait des histoires sur ce qui s'était passé ou allait se passer. Étonnamment, ce qui est également mort fût la voix plus subtile et prévalant tout le temps, celle qui (sauf dans de rares moments de yoga ou de tantra) avait quelque chose à dire au sujet de chaque instant.

Mon premier indice signalant que la voix en temps réel avait pris un tranquillisant fût le moment où un chauffeur me coupa dangereusement la route dans le trafic - mon pouls s’accéléra et j'ai probablement haleté ou maudit à haute voix, mais alors aucune pensée n’a suivi. Pas de pensée de colère sur ce trou du cul ou de pensée spirituelle-passe-partout sur comment chaque chose arrive pour une raison, même ma mort proche. Non, dans ce cas, le commentaire habituel ne s’est tout simplement pas produit.

Amour

Sans doute n’existe-t-il pas d'autre mot dans la langue anglaise sur lequel il a autant été écrit. Il y a une raison à cela.

L'amour est Pur Silence.

L'amour est ce qui autorise et permet. L'amour permet d'être! Le silence, c'est l'amour. L'amour crée tout ce qui est. L'amour laisse advenir, déployer et disparaître. Il n'y a que cela.

Il a été dit: "Dieu est amour". Oui c'est vrai. Dieu, le néant, la réalité, la vérité, la conscience, le pur silence  et l'amour sont des mots qui décrivent un tout petit peu ce qui est en ce moment au-delà de toutes les images, le bruit, les pensées. C'est en vous, ce qui est vous. Vous savez cela, vous êtes cela.

Pendant mon éducation dans l'enfance, on m'a appris il y a trois choses à aimer pour nous, les humains: Dieu, notre prochain et soi-même. Le Pur Silence me permet de vous exposer cela maintenant.

vendredi 2 mars 2012

Les Smarties de l’Illumination

Par Lori-Ann le 26 Novembre 2011

Deux nuits après je me sois réveillée du rêve dans la réalité, j'ai fait un rêve la nuit. Dans ce rêve, je mangeais un bonbon coloré de mon enfance appelé «Smarties», petits disques ronds de chocolat enrobés de sucre.

Un mois plus tard je comprends le sens symbolique de ce rêve. Lorsque tous les échos d'un mental préoccupé par la pensée disparaît, ce qui reste est une sorte d '«intelligence» qui est, bien entendu, très intelligente!

Si je devais étiqueter cette intelligence, je dirais qu’elle est «intuitive». J'entends par là qu’elle n'est pas logique, linéaire et structurée. La connaissance jaillit de l'immobilité avec une sorte de laser d'une clarté que le mental est incapable d’avoir.