mercredi 29 février 2012

Je ne sais rien

Je ne sais rien. Je suis complètement perdue. La seule chose que j'ai toujours sue, c'est que je ne sais pas.

Toutes les fois où je pensais que je savais, ou que je devais savoir, ou que tout le monde semblait savoir, la chose la plus importante qui soit apparue, la seule constante, c'est que «je ne sais pas».

Tout au long de l'histoire de «ma vie», il y a toujours eu un sentiment d'égarement et de non-savoir. Puis il y a eu la prétention du savoir, de la croyance et de l'espoir qui l'ont, semble-t-il, recouvert.

Tout cela c'est le jeu de la Vie.

La reconnaissance de la Vie telle qu'elle est, est la reconnaissance de ce qui est déjà et a toujours été : le non-savoir. C'est ce que je suis. L'absolu innocent non-savoir.

Dans le non-savoir, il n'y a pas de doute. Dans le non-savoir, il y a une clarté absolue. La reconnaissance directe, simple, de ce qui est.

C'est ce que je suis.

Je suis la Vie même.

Unmani Liza HYDE

10 commentaires:

  1. Quelques citations que j'aime bien pour aller dans le sens d'Unmani:

    «Tout ce que l’on cherche à comprendre se révélera faux, car il n’y a rien à comprendre : toute connaissance n’est qu’ignorance déguisée »
    Nisargadatta Maharaj

    «La seule chose à comprendre, c’est qu’il n’y a rien à comprendre. Cette certitude m’est tombée dessus. Elle n’est pas transmissible »
    UG

    «On obtient l'Éveil quand on fait abstraction de son esprit et qu’on renonce à savoir et à comprendre »
    Dogen

    «Celui qui a trouvé la Vérité sait qu’il ne sait rien. »
    La Gîta

    Bonne journée à tous
    RV

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Christine,

    Après la pensée, le savoir.

    Pensée, savoir... même "combat" ! En fait, même jeu !

    Le savoir est charmant quand il ne croit plus savoir.

    Dans un monde d'illusion, tout savoir n'est qu'une croyance.

    Et ne pas savoir est une réalité.

    Bernard

    RépondreSupprimer
  3. Je ne sais rien, c’est aussi savoir quelque chose qui s’intègre à notre niveau de conscience.
    Ne rien savoir n’est pas possible, il y a toujours une relation, avec où sans jugement.
    Nous sommes en relation, avec ce miroir de nous-mêmes qui ne cesse de s’agrandir.

    RépondreSupprimer
  4. Bonsoir,
    Je voulais d'abord dire que j'ai beaucoup aimé ce post. Et il me rappelle une phrase de Socrate qui illustre bien le sens même de ma vie depuis un moment : "Tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien".

    En fait je crois que je n'arrive plus à me forger d'opinion sur quoi que ce soit. Pourtant je suis assez jeune et c'est frustrant. Je me dis que tant que l'on n'a pas la preuve en face des yeux, on ne peut croire en rien (ex : Les religions, les ovnis/la vie ailleurs, l'infini, la raison de l’existence, de la vie, le bonheur, la voyance et la télépathie, etc etc etc...). Aucune de ces choses n'est tangiblement concevable par nous autres, humains. Même si chacun peut avoir ses croyances propres, je pense que personne n'est en mesure de prouver véritablement quelque chose. Tout est envisageable mais tout aussi bien contestable. Et croire n'est pas savoir.

    Nous sommes des poussières d'étoile !

    Sur ce bonne nuit,
    Xavier

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. jesuisfilsdedieu1 mars 2012 à 10:21

      alor desbranche tout repare de zero et aprende a tecouter toi meme dans chaqu un de nous il y a la veriter et la reponce conte sur toi meme demende et tu aura tu dit vrai croire c est ne pas s avoir la foi et pour ceus qui ne save par fuyer ce qui dise Eyer la FOI c est leur manque d argument mais surtout pour couvrire leur mensonge ou justement leur propre foi avoir la foi c est de croire en ce que justement on ne croix pas drole de constatation dieu a m y en toi jes outil qu il faut pour que tu puisse diserner du bien et du mal du vraix et du faut le faut c est celui ou tu a du mal a conprendre si tu conprende pas ou tu a beaucoup de mal fuy c est ta sonnette d allarme pour dir c est conpletement faut car ton fon interieur le sai tres bien alor il ne peut pas vraiment le conprendre car en toi il et ecrie en toi la parole veritable de dieu fi toi en toi meme tu et fils de dieu qui mieux que toi meme peut te diriger demende sincerment et la reponce te sera donner et la tu vera que qu elle qu un prende soi de toi que tu n ais pas ceul la reponce te sert donner sur un article de jourmal une conversation un chanson etc.... noublie pas tu sais reuconaitre du vrai et du faux d ailleur toi seul peut le fair si tu reflechi bien allez tu et sur le chemein qui méne sur la voi tu et fils de dieu et tu doit te souvenire qui tu etait avende de venire sur terre voila ta plus grand de tes mission

      Supprimer
  5. La voie du salut,du retour au foyer paraît quand l'égo est simplement reconnu inapte à nous procurer une paix profonde et durable.

    Débrancher le mental,lâcher la prétention de comprendre ,la quête de comprendre.C'est en nous abandonnant humblement aux Puissances reconnues supérieures que l'ultime vérité nous est révélée.Elle est au-delà des mots et ne souffre d'ancune limite mentale.Elle est légèreté d'Etre, fusion du soi dans le Tout qui se renouvelle à chaque Présent !

    L'égo nous piège dans le temps linéaire.En renonçant aux références au passé et aux projections futures, nous pouvons inverser ce délirant processus et remettre l'égo à sa juste place,au service de l'impulsion Divine qui coule en nos coeurs d'humains.

    Vouloir nommer l'indicible créativité du Tout est aussi insane que de se fier aux seules apparences.

    Il nous suffit juste d'admettre que Tout est parfait et n'a pas d'opposé et de servir cette infinie et merveilleuse extension créative qui nous fait Etre.

    Accueillons sans condition, avec gratitude l'offrande qui nous est faite : l'éternelle perfection du Présent-cadeau !

    Merci pour ce bel espace d'échanges
    Lumineuse journée à tous !
    Béa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Béa,
      C’est un cadeau de sentir l’arôme de sagesse qui émane de ta présence, c’est cette relation diffuse, comme ce silence de fond qui nous habite.
      Parfois, notre compréhension emprunte les sentiers sinueux de notre perception, pourtant, cela ressemble étrangement à nous même, on contemple l’inimaginable beauté du monde
      Qui s’effondre parfois, dans l’insoutenable.
      C’est comme si on voulait transcender notre regard devant la lumière de l’aube, il nous renvoit un reflet singulier, de quelque chose de nous-mêmes, ensevelie sous les couches sédimentaires de pensées.
      Bonne luminosité à vous tous.

      Supprimer
  6. Merci spot !

    La vérité est simple,logique et de bon sens.Elle est Une,parfaite et infinie.C'est l'amour en perpétuelle expansion.

    A nous de lever tous les illusoires(et tenaces !!) barrages que l'égo a construit pour nous garder séparés et craintifs et pour ralentir ou dévier le vital flux qui nous traverse !

    A nous d'oser incarner la complétude plutôt que de nous attarder encore dans le manque et l'absence qui nous ont tant fait souffrir.

    A nous d'être pleins de "ce qui est",unifier notre vision, dépasser la dualité, tendre vers l'unité et assumer pleinement notre filiation Divine.

    Chacun à son rythme car chacun doit être laissé libre de choisir le moment de son éveil.C'est un voyage sans distance,de l'égo au coeur,de l'illusion à la vérité,de la guerre à la paix,de la peur à l'amour...S'extraire du cauchemar de nos peurs projettées et rayonner,pas à pas, l'amour que la Source transmet en nos centres...

    C'est tout le bonheur que je souhaite à chacun et que nul ne manquera d'atteindre car c'est ce que nous sommes,pleins,unis,aimés depuis toujours et à jamais...L'heure du réveil a sonnée !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et celle de l'éveil aussi !

      Supprimer
  7. Un homme dit, Parle-nous de la Connaissance de Soi.

    Et il répondit, disant :


    Votre cœur connait en silence les secrets des jours et des nuits.

    Mais vos oreilles ont soif d’entendre la palpitation du savoir de votre cœur.

    Vous voudriez connaître par des mots ce que vous avez toujours su en pensée.

    Vous voudriez toucher de vos doigts le corps nu de vos rêves.

    Et il est bon que vous le vouliez.

    La source secrète de votre âme doit jaillir et courir en murmurant vers la mer ;

    Et le trésor de vos infinies profondeurs sera révélé à vos yeux.

    Mais qu’il n’y ait pas de balance pour jauger votre trésor inconnu ;

    Et ne sondez pas les profondeurs de votre savoir avec une perche ou un drain.

    Car le moi est une mer sans bornes et incommensurable.

    Ne dites pas, « J’ai trouvé la vérité », mais plutôt, « J’ai trouvé une vérité ».

    Ne dites pas, « J’ai trouvé le chemin de l’âme ». Dites plutôt, « J’ai rencontré l’âme marchant sur mon chemin ».

    Car l’âme marche sur tous les chemins.

    L’âme ne marche pas sur une ligne, ni ne croît comme un roseau.

    L’âme se déplie, comme un lotus aux pétales innombrables.

    "Le Prophète" Khalil Gibran

    RépondreSupprimer