jeudi 26 mai 2016

Une Présence infinie



Djanet la tadrate Hamdanmourad
Ce voyage, si riche et bouleversant que je n’ai toujours pas fini de digérer, fut un temps de l’éveil. L’un des moments capitaux eut lieu dans le désert de Thar (Rajasthan).

Le corps limé et l’âme polie par la route, j’étais descendu au petit matin au bord d’un étang dans lequel se mirait un temple. Là, dans le silence et la solitude de l’aube, dans cette transparence cristalline de l’eau et de l’air, j’ai été soudain comme submergé par une force de paix, de plénitude, de lumière. Les larmes, abondantes, coulaient sans raison. Entre le monde et moi, tout soudain était communion, amour, harmonie.

Cette expérience était-elle une illusion – je me méfie plutôt des états mystico-extatiques – ou une manifestation de la Gloire divine qui irradie en permanence les êtres et les choses ? Je ne sais pas et je préfère ne pas me prononcer. Peu importe d’ailleurs. L’essentiel – ce dont je suis sûr – c’est qu’après rien n’était plus comme avant. Mon cœur avait été touché, une autre dimension de la conscience s’était ouverte en moi.

Oui, il y a au plus profond de l’être et du monde une force, un Être, une Présence infinie, au-delà du temps et de l’espace, qui transcende le réel et qui le fonde. Oui, l’homme est un mélange de finitude et d’infini, de temporel et d’éternel. A ce moment-là, cet Être, ce Tout-Autre était encore impersonnel. Il n’avait ni nom, ni visage. Je n’osais pas encore l’appeler Dieu. Mais il était.

Maxime Egger

Itinéraires : Recherches chrétiennes d'ouverture No. 23, Été 1998

6 commentaires:

  1. Christine bonjour,
    j’ai envie de partager (mon) expérience, avec le confort des mots que mon personnage utilise depuis des lustres, voilà, il y a quelques mois déjà, dans mon regard inopiné, pendant une fraction de seconde ou plus, je ne sais pas ,il se passe quelque chose d’inhabituel, quelque chose que je ne peux pas reproduire avec la volonté, pourtant j’essaye de comprendre mais non, dans ce regard la présence prédomine il y a comme une atmosphère plus profonde plus agréable, séparée de la perception habituelle, et puis il y a quelques jours, le 9/mai/ peut-être, voilà que cela recommence avec ce sentiment de (détachement plaisant) qui s’invite sans prévenir quelques instants, merci pour ce blog, Spot.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le partage Spot! Oui, voilà, il n'y a rien à comprendre, car c'est au delà du mental : cela se fait... ;)

      Supprimer
  2. Merci Christine,
    Oui cela se fait, comme une forme de « lucidité » grandiose qui se dévoile et s’impose au-delà de toutes spéculations mentale et là, quelque chose de libre apparait, la vision, l’audition, le tactile, le champ de profondeur de la perception, les saisissements des distances, des reliefs, la présence de spot l’intrépide^^^^ avec son mental qui rame depuis la nuit des temps, et puis pouffff cette lucidité s’efface et me revoilà au ras des pâquerettes à m’identifier aux pensées, mais avec beaucoup moins de réactivité, quelque chose (en moi)attend la suite du téléchargement intermittent de la réalité, spot.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça vient Spot : bientôt l'ADSL !! ;)

      Supprimer